Revue THOMAS en ECOLOGIE REALISTE

ECOBREVES de l'année 2017







Une rétrospective de l'année 2016

Le réchauffisme climatique a encore beaucoup nuit cette année à l'opinion publique. Mais, on note que de plus en plus d'hommes politiques prenent leurs distances avec cette idéologie délétère. Très clairement, le président-élu Donald Trump a clairement signifié son opposition au diktat réchauffiste et s'est entouré d'activistes sceptiques. Et il est loin d'être isolé.

L'événement notable de l'année 2016 aura été le nombre très important de séismes significatifs, et particulièrement en Italie, où un nombre importants de victimes a été à dépolorer.

La lutte contre la pollution anthropique, si elle est toujours bien active, a été plusieurs fois perverties par l'idéologie, récemment à Paris et dans d'autres métropoles françaises, par des interdictions de circulation frappant les véhicules particuliers. Or, la dégradation des transports en commun ne laisse pas beaucoup d''alternatives de transport aux automobilistes.

3 janvier 2017



Inquiétudes réchauffistes

La presse réchauffiste américaine, représentée par The New York Times et par le Washington Post, est très inquiète de l'élection de Donald Trump. Parmi les préoccupations majeures, ce sont les déclarations climato-sceptiques des membres de l'admin sitration Trump qui sucitent des alarmes. Ainsi, le directeur de l'Agence de Protection de l'Environnement, Scott Pruitt, aurait déclaré jeudi que le dioxyde de carbone n'était pas un contributeur primaire du réchauffement climatique. Sur cette simple évocation, The New York Times élucubre un article complet pour dénoncer l'hérésie de la déclaration de Mr Pruitt qui irait à l'encontre du "consensus scientifique établi sur le changement climatique" ...

La grande crainte des réchauffistes est que Trump range aux accessoires oubliés la politique de lutte contre le réchauffement climatique laborieusement imposée par Obama.Il y a des milliards de dollars à la clé que les réchauffistes comptent bien se réserver. Or, les réchauffistes s'attendent à ce que Trump donne l'ordre à Pruitt de démarrer le processus législatif qui défasse les directives de changement climatiques sur les émissions fossiles.

On rappelle qu'un consensus scientifique établi n'a strictement aucun sens scientifique sinon que de reconnaître l'incontestabilité d'une partie de la science, ce qui est une atteinte radicale à l'esprit scientifique et rationnel. La science ne progresse qu'en ignorant tout consensus sur quelque point que ce soit de la connaissance.

Par contre, pour des motifs de domination politique, la soumission de l'opinion à des croyances infondées est un objectif partagé par toutes les tyrannies et dictatures. L'affirmation trompeuse d'un "consensus scientifique établi" ressort de cette dérive dictatoriale.

.

10 mars 2017



Retour à la page d'accueil de la Revue THOMAS en ECOLOGIE REALISTE