Revue THOMAS


BREVES de l'année 2017



Début d'année 2017

Comme le remarque Matthieu Bock-Côté, l'année 2016 commence par les viols de masse de Cologne et se termine par le massacre d'Istanbul. Deux faits passés hors de France qui a connu des faits similaires tout au long de l'année et qu'il est inutile de rappeler.

Le pire, c'est que la vie sociale, économique, culturelle et politique aura été à l'avenant. 2016 aura réellement été une année noire sur la plupart des secteurs de l'activité humaine, du moins en Occident américanisé.

L'Occident étant toujours profondément américanisé, l'année 2017 ressemblera probablement à 2016. Nous n'attendons plus que deux faits accidentels : la survenue d'un mouvement inattendu d'indépendance à l'encontre de la barbarie américaine, ou un effondrement de cette même barbarie. Nous ne voyons aucune autre solution possible. Et ces deux faits nous paraissent tellement improbables que nous les qualifions d'accidentels. Le quotidien chinois Global Times, encore plus négatif, estime d'entrée que 2017 sera pire que 2016. Il évoque la montée de la puissance chinoise qui va nécessairement se confronter à l'hégémonie américaine déjà contestée par la Russie de Poutine.

3 janvier 2017




Anniversaire de l'assassinat de Louis XVI

La mort de Louis XVI a été décidée par les fondateurs de notre démocratie, Danton, Marat et Robespierre comme l'acte qui rend irréversible la Révolution franàçaise. Choisissant la Convention des représentants de la Nation plutôt que des juges, les assassins se sont liés par un pacte sanglant qui les obligeait à imposer le régime qui seul pouvait leur éviter la corde. Et ce régime fut celui de la Terreur. C'est la racine maitresse de la démocratie française. Par étapes successives, d'autres racines ont poussées. On a même cru un temps au retour de la "monarchie". Ce n'était qu'une illusion coûteuse.

21 janvier 2017




Donald Trump a prêté serment ...

... et le monde ne s'est pas effondré. De ridicules manifestations d'opposants se trémoussant sans conviction, c'est tout ce que la presse a pu montrer de "cataclisme".

La démocratie américaine a tout de même permis à un individu honni par les classes bourgeoises de remporter l'élection suprême. C'est la seule bonne nouvelle pour l'instant ...

21 janvier 2017




La présidentielle française

Les primaires du Parti Socialiste se déroulent dans la quasi indifférence populaire. Seule la presse s'excite encore sur les démonstrations d'acteurs maquillés en hommes politiques jouant la comédie de l'idéologie socialiste alors que son exercice est en cours et qu'il est une tragédie pour notre pays.

Dans la présumée opposition, on notera que cette même presse insiste sur les difficultés du candidat Fillon et sur les "triomphes" des deux opposants de gauche, Macron et Mélanchon. La dernière candidate, Marine Le Pen semble plus intéressée par le combat politicien européen que par l'entrée en campagne. Elle aurait cependant, selon la presse, des difficultés de financement et ferait face à une évasion de ses cadres locaux.

21 janvier 2017




Le marasme moyen-oriental

La Syrie serait dans un état d'attente de la Conférence d'Astana entre la Russie, la Turquie et la Syrie, avec l'intervention des divers groupes rebelles - et donc de leurs soutiens "internationaux" - à l'exclusion des "terroristes". On a un peu de mal à déterminer quels groupes rebelles pourraient ne pas être "terroristes", mais on nous désigne des noms martiaux ...

En Libye, le chaos instauré par les Occidentaux s'étend. Selon la presse, la guerre "civile" s'essouflerait, dans la mesure où l'Etat Islamique serat en train de perdre du terrain. Mais, la situation politique s'aggrave, les éléments politiques appuyés par les Occidentaux n'emportant pas - et c'est rien de l dire - l'adhésion démocratique.

En Irak et en Afghanistan,"pacifiés" par les américains, la situation est confuse. On sait que la bataille est en cours autour de Mossoul. Mais des attentats monstres ont toujours lieu un peu partout dans les deux pays en ruines.

21 janvier 2017




Benoît Hamon en tête de la primaire du PS

C'est la surprise dans cette primaire :

  • disparition de Montebourg ;
  • disparition de Peillon ;
  • seconde place de Valls qui peut perdre le second tout de la primaire avec le passif de Hollande ;
  • première place de Hamon qui gagne sur des propositions utopistes (revenu universel, 32 heures, 49-3 citoyen, ...) irréalisables.
Une autre surprise : la totale désorganisation du PS, incapable d'assurer une élection primaire : il y a un trou de presque 400.000 votants dans les comptes et personne ne proteste vraiment.

24 janvier 2017




Les trois nouvelles concernant la campagne présidentielle française

Les trois nouvelles sont les suivantes :

  1. La primaire du parti socialiste - second tour - a été largement remportée par Benoît Hamon, ce qui constitue une grande surprise - de sorte que le hollandisme a été fortement désavoué. Ceci ne signifie pas qu'il soit défunt. Mais Hamon tente maintenant de se fédérer avec Jadot, l'écologiste, et Mélanchon le jacobin.
  2. Empêtré dans une révélation calomnieuse d'affaire financière - on lui reproche d'avoir embauché sa femme comme assistante parlementaire dans un emploi fictif - Fillon en appelle à ses soutiens qui semblent lui conserver leur confiance. Mais, la méfiance à l'encontre des politiciens-tout-pourris est telle qu'on peut seulement dire que l'atteinte est très importante à sa réputation et donc à ses chances de l'emporter.
  3. Un sondage établit que le premier tour voit la victoire de Le Pen sur Fillon, que le candidat de gauche soit Macron, Hamon ou Mélanchon. Et Le Pen n'est élue dans aucun cas au second tour.
La chose inquiétante est que aucune mesure politique ou bêtement économique n'est avancée dans le débat qui permettrait de sortir de la crise. Aucune proposition électorale n'a d'autre but de qu'attirer une catégorie d'électeurs comme dans un pot de miel. Le "marché" politique se limite aujourd'hui à une avalanche désordonnée, chaotique, de "micro-mesures" qui s'annulent les unes les autres

30 janvier 2017




Présidentielles 2017 : l'affaire Fillon

Le Canard Enchaîné, dirigé par un ami personnel de François Hollande, a repris des publications incrimanant des emplois fictifs faits au profit de sa famille par François Fillon. Cependant, sauf à dévoiler des montants importants, mais sur de longues périodes, ainsi que des interviews anciens de Mme Fillon protestant de son désoeuvrement, la presse ne donne aucune indication d'un emploi fictif. Malheureusement, M. Fillon, sauf à protester de sa bonne foi et de son écoeurement contre l'agression médiatique, ne donne aucune preuve publique de la réalité des emplois. Aucun contact professionnel de Mme Fillon ne s'est publiquement révélé. Les électeurs de droite qui souhaitaient voter Fillon sont durablement induits en doute au sujet de leur candidat. Ce dernier supplie ses soutiens de lui laisser quinze jours pour que la justice, semble-t'il, donne un verdict à son sujet. Les gens ne semblent pas disposer à lui laisser autant de temps.

On peut douter que le parquet financier qui instruit l'affaire aille aussi vite que quinze jours, sauf à inculper M. Fillon. Auquel cas, il est éliminé de la campagne.

Mais sur l'air du "Tous pourris", la calomnie a fait son oeuvre et la candidature Fillon est probablement "morte". Ce qui pose une véritable question sur l'état de décadence du système politique en vigueur en France.

6 février 2017




Les débuts de la présidence Trump

Les media occidentaux sont extrêmement suspicieux à l'encontre de l'administration Trump. Cependant, la presse libre se fait l'écho de l'influence d'une organisation progressiste autour du financier Georges Soros qui serait au financement de plusieurs ONGs militantes actives contre les décisions de cette administration populiste que les progressistes estiment de leur devoir de gêner, sinon d'éliminer au plus vite. Trump a pris un décret bannissant sept pays du Moyen-Orient. Trump estime que ces Etats sont des sources du terrorisme "international" quand les progressistes estiment qu'il s'agit d'une inadmissible "atteinte contre les droits des musulmans". Ces derniers, par le moyen de juges démocrates liés aux organisation progressistes, parviennent à bloquer l'application du décret, ce qui provoque des aboiements de plaisir des progressistes occidentaux.

Ceci en dit long sur les motivations du tropisme panislamiste des progressistes.

6 février 2017




La direction de l'Eglise catholique romaine

Alors que les média progressistes ne tarissent pas d'éloges à l'égard du pape François, ce dernier s'acharne sur ce qu'il subsistait de conservateurs dans l'Eglise catholique romaine. Il a lancé trois offensives destinées à mater toute vélléité de rebellion contre son projet progressiste pour l'Eglise catholique romaine. Ces offensives concernent l'Ordre des Franciscains de l'Immaculée, les quatre cardinaux des Dubia à l'encontre de sa dernière Exhortation apostolique et l'Ordre des Chevaliers de Malte, pourtant réputé "souverain" ... et dont il n'a fait qu'une bouchée, ...

Dans le même temps, malgré leur prudence et leurs divisions, les traditionalistes de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X reçoivent avec gratitude de la part du pape François certains gestes flatteurs et surtout de belles promesses dont on ne sait s'ils vont ou non les accepter. Au moins en paroles, les traditionalistes semblent tenir à un discours mielleux de "soumission" à celui qu'ils ont toujours désigné par le vocable de "Saint Père". Pour des raisons purement fonctionnelles et juridiques.

6 février 2017




Affaire Fillon : contre-attaque du candidat

Hier, François Fillon a tenu une Conférence de presse et publié les éléments financiers de son activité mise en cause par ses adversaires. Lors de cette Conférence de presse largement diffusée, il a dénoncé un lynchage médiatique, et un torrent de calomnies sans aucun fondement. Il a cependant, selon les moeurs bizarres du temps, "fait repentance" pour avoir employé des membres de sa famille. Cette contre-attaque laisse bien entendu "de marbre" ses adversaires politiques. Mais elle semble avoir galvanisé les soutiens qui le suivaient encore et ébranlé les électeurs potentiels de droite qui doutaient fortement avant cette Conférence. Ainsi un pointage sur les lecteurs du Figaro montre un relatif équilibre entre convaincus et sceptiques alors que, quelques heures auparavant, Fillon déclenchait 70% de mécontents.

De plus, sur le volet judiciaire, certains juristes émettent des doutes sur la compétence du Parquet Financier à se saisir de l'affaire Fillon, parce que son dossier ne présente pas la complexité qui permet à ce Parquet spécial de se saisir. Plus fort encore, l'enquête engagée l'aurait été sur une base légale fausse : délit de détournement de fonds publics. Or pour détourner de l'argent public, il faut être soi-même un agent de la puissance publique. Ce que n'est jamais un député.Certains s'interrogeaient dès la semaine passée sur l'inconséquence de laisser intervenir le judiciaire sur le politique à cause du principe de séparation des pouvoirs, essentiel en démocratie.

Enfin, la presse étrangère commence à "bruisser" de commentaires peu flatteurs à l'encontre de la classe politique française, mais aussi de la caste médiatique, accusée d'activisme et de fabrications.

7 février 2017




Les progrès de la défaisance sociale

Plusieurs événements récents conduisent à souligner les progrès récents de la défaisance sociale. Cette expression est ici utilisée pour désigner la stratégie politique utilisée par les forces progressistes pour réduire davantage les possibilités du peuple d'accéder à la propriété des moyens de production.

La première arme d'agression est bien entendu entre les mains de l'Etat socialiste et elle comprend la fiscalité et la réglementation. Son action délétère était hier illustrée par la révolte des travailleurs indépendants qui tentent désespérément de se débarrasser de leur "protection sociale" - désignée du terme de RSI.

Une deuxième arme d'agression est celle de l'intérim - pris dans un sens élargi. Sa toxicité est illustrée par une récente affaire de limogeage d'un ingénieur d'un groupe industriel français. Cet ingénieur était en réalité un intérimaire qui, sur ordre du groupe industriel, a été congédié par son employeur, qui sert seulement de paravent à un esclavagiste.

Une troisième arme est parfois appelée "uberisation" et elle prend des extensions dramatiques. Elle consiste à exploiter les travailleurs à la pièce en dirigeant de manière arbitraire le travail vers celui dont le coût sera le plus bas.

Dans tous ces cas, l'effet est de maintenir le peuple en dessous du seuil de simple subsistance de façon à disposer d'esclaves, serviles, coincés entre le chômage et le mauvais travail. Bien entendu, cette stratégie est absolument folle et engendrera une révolte dont l'étendue pourrait être jamais vue.

11 février 2017




Les échos de la campagne présidentielle

Fillon pourrait remonter au moins partiellement la pente dans laquelle des forces obscures l'ont précipité. Mais, la chose est encore loin d'être assurée. Tout porte à croire que l'agression dont Fillon a été victime a été mal montée. Mais, le camp fillonniste a ici révélé sa complète impréparation à des agressions crapuleuses de la part de ses adversaires. La riposte actuelle est encore bien faible. Il faut noter que l'agression préparée par Bayrou contre Fillon n'a pas encore été complètement développée. Elle pourrait être aussi néfaste à Fillon qu'à Macron et disparaître en un mois, et au plus tard au premier tour.

Les sondages, s'ils acceptent la victoire de Le Pen au premier tour, se bercent de l'illusion d'une victoire de Macron au second tour. Numériquement, selon les sondages, la chose paraît "certaine". Mais, plusieurs éléments ne sont pas pris en compte. Le premier d'entre eux vient juste d'être porté dans la campagne : c'est le fait que Macron n'a toujours pas publié son programme présidentiel. Le deuxième vient juste d'être diffusé dans une tribune libre : c'est le fait que Macron est totalement incapable de se soustraire au hollandisme dont il a été l'un des principaux et funestes auteurs. Les mesurettes dont il saupoudre ses lamentables prestations publiques sont des reprises éhontées des mesures perverses mises en oeuvre sous Hollande.

Marine Le Pen vient seulement d'entrer en campagne en même temps que Hamon et Mélanchon ont littéralement disparus de la scène. Son début n'est pas "fracassant", mais semble avoir fait une impression favorable au-delà de son parti. Il va falloir voir et les sondeurs risquent forts d'être une fois de plus ... surpris.

11 février 2017




Le Brexit n'a strictement pas affaibli l'économie de la Grande -Bretagne

C'est le journal Le Monde qui, aussi discrètement qu'il a pu, nous l'a rappelé : la Grande-Bretagne se porte toujours aussi bien avec une croissance double de celle de notre pays. Il faut se reporter au graphique publié par le service des statistiques britanniques https://www.ons.gov.uk/economy/grossdomesticproductgdp/timeseries/ihyq/pn2.

Non seulement la Grande-Bretagne n'a jamais été soumise à la servitude de la zone "euro", mais encore la tyrannie européiste avait "fatigué" les patiences du peuple de Grande-Bretagne. Malgré les hurlements de loups des élites, majoritairement acquises à l'européisme, le référendum dit BREXIT, du 23 juin 2016 - soit il y a 8 mois - a donné mandat au gouvernement britannique de sortir de l'Union Européenne. Le gouvernement de Mme May s'est attaché à cette tâche et tant la Bourse, les taux monétaires que la croissance sont, depuis, tous particulièrement satisfaisants.

A la différence, les européistes tentaient de lancer de fausses nouvelles annonçant un effondrement de la monnaie britannique, un krach boursier et une récession. C'est exactement le contraire qui s'avère.

22 février 017




Des nouvelles de la campagne présidentielle

Des rodomontades de candidat. Voilà à quoi se résument les promesses électorales qui servent d'argument de campagne. Sur la solution des problèmes politiques, économiques, sociaux, culturels de la France : rien. Sur l'Europe et la souveraineté nationale : rien. Sur l'avenir de la nation : rien.

Fillon résiste assez bien à l'affaire poursuivie par le Parquet National Financier, qui semble avoir été créé pour coopérer avec la presse progressiste. Macron, favori des media, est en train de révéler son inanité. Le Pen se renforce sans fracas, même si elle est guettée par une affaire financière, manifestement montée par la même officine que celle qui oeuvre sur Fillon. Les autres candidats ne présentent aucun intérêt. Ils se partagent à 6 environ 30% de l'électorat et ne survivent que comme nuisances des trois candidats majeurs du premier tour.

22 février 2017




Une campagne présidentielle marquée par une atteinte grave à la démocratie

Les efforts de l'Etat socialiste pour éliminer toute candidature de droite sont des atteintes essentielles à la démocratie. Les offensives prétendues judiciaires contre Marine Le Pen et François Fillon reviennent à éliminer de 45 à 50% des intentions de vote au premier tour en éliminant ces deux candidats. L'étatisme socialiste en France arrive aux stades ultimes de la dictature, après être parvenu à imposer la tyrannie des idéologies les plus perverses, et avoir ruiné le peuple français trompé, trahi, volé, méprisé.

4 mars 2017




La guerre américaine au Proche-Orient

Il existe actuellement un petit flux de nouvelles concernant la bataille de Mossoul et la situation en Syrie. Aucune information sur la guerre au Yemen ou en Libye. On sait seulement qu'une faction libyenne semble rechercher l'intervention de la Russie, créditée d'un franc succès en Syrie.

En effet, en Syrie, il semble que le régime syrien opère avec succès dans la banlieue de Damas, qu'il ait repris la ville de Palmyre et qu'il se renforce dans la province d'Alep. Cependant, on note les menées clandestines de la Turquie sur la frontière syro-turque, les forces armées turques tentant de chasser les Kurdes syriens des villes du Nord syrien qu'ils ont repris aux forces islamistes armées par Washington. Le but de la Turquie est manifestement d'obtenir une zone qu'elle entend occuper militairrement en Syrie. Par ailleurs, l'activisme des islamistes soutenus par Washington et par ses satellites, anglais et allemands notamment, est mal évaluable. Des négociations de paix seraient en cours avec la plupart des parties intéressées - à l'exception semble t'il de l'Etat islamique - dont le degré d'avancement n'est pas informé par la presse occidentale aux ordres des services spéciaux américains.

En Irak, la situation est pratiquement inconnue, sauf au sujet de la bataille de Mossoul. Il semble que la moitié est de la ville soit occupée et que l'offensive sur la moitié ouest se développe à partir du sud. Il semble que l'aéroport de Mossoul, situé au sud, soit entre les mains de forces plus ou moins liées à l'Etat irakien. Mais, la situation militaire, politique et humanitaire ne semble pas correctement informée de sorte qu'on peut nourrir des doutes raisonnables concernant l'état du conflit.

Comme en Syrie, le régime syrien avance sous la protection de l'aviation et des hélicopères de combat russes, le régime irakien et ses alliés kurdes avancent sous la protection des drones et des avions américains et de leurs satellites.

Une grande interrogation est ouverte depuis l'élection de Trump aux USA. On ignore ce que son arrivée au pouvoir changera dans la géopolitique américaine. Après un mois de pouvoir Trump, les évolutions ou changements ne semblent pas notables.

4 mars 2017




Décès de Kurt Moll

Kurt Moll a été un chanteur d'opéra qui a enchanté les scènes lyriques du monde entier depuis la décennie 70. Basse profonde à la voix à la fois très longue et d'une richesse étonnante, il avait l'agilité d'un baryton léger avec une voix de tonnerre. Ses trois grands auteurs ont été Mozart, Wagner et Strauss, même si son répertoire a été bien plus vaste. Il a tout chanté et partout. Et toujours magnifiquement. Il a par ailleurs chanté les grands auteurs de lieders et particulièrement Carl Loewe.

8 mars 2017




La campagne présidentielle 2017. Suite

Les maîtres qui nous dirigent maintiennent leur pression sur Fillon. Et les autres candidats poursuivent des campagnes absolument vides de propositions susceptibles de changer la siuation politique, sociale et économique. C'est absolument consternant.

8 mars 2017




Elections présidentielles françaises

Les ragots de caniveau continuent contre François Fillon. Peu à peu, les électeurs se rendent compte de l'abjection des adversaires de François Fillon et ces derniers pourraient électoralement le payer très cher. Le problème est qu'il semble qu'une fraction de plus en plus importante de l'électorat recherche dans les faits médiatiques des raisons de renforcer leur croyance que "tous les hommes politiques sont pourris". Dans cette croyance dans laquelle les media tentent d'enfermer le plus d'électeurs, les ragots judiciaires contre Fillon jouent le rôle d'un chiffon rouge et le désigne à la vindicte des "ils-sont-tous-pourris". Selon certaines sources, cette classe électorale serait surtout meublée de jeunes électeurs et de chômeurs, tandis que ceux que ces ragots dégoûtent seraient plutôt des personnes âgées. Malgré tout, le programme présidentiel de Fillon ne comporte pas de grandes lignes bien marquées. Il semble préférer le pointillisme de dizaines de mesures dont la plupart sont déjà connues et dont l'application a jusqu'ici été sans effet ou catastrophique.

Mme Le Pen avance imperturbablement malgré les mises en cause judiciaires et - très bizarrement - les media ne semblent pas avoir encore de stratégie de déstabilisation. Attendons. Cependant, le détail de son programme politique mélangent l'invocation des grands thèmes du discours lepeniste - immigration, nationalisme, rejet de Bruxelles - avec des affirmations économiques et sociales extrêmement marquées par le socialisme français des cinquante dernières années.

M. Macron joue les candidats hors système politique ou plus exactement celui du rassemblement trans-partis, de droite, de gauche et du centre. Ceci est rendu possible par l'extraordinaire vide de son programme. Mais, il devra assumer l'héritage du hollandisme, ce qu'il semble prêt à jouer. Ce qui est extrardinaire, c'est le vide de son programme dont il est impossible de se rappeler une seule proposition concrète. Son élection devient donc de plus en plus probable.

Les autres candidats disparaissent dans une médiocrité consternante.

13 mars 2017




Electrions turques en Europe

Ce dimanche, la presse s'est émue que les Etats européens du bloc allemand - DE, NL, AT, DK et CH - aient adoptées des mesures tendant à interdire l'accès de membres du gouvernement turc à des réunions électorales tenues dans ces Etats européens en vue d'une sorte de plébiscite en faveur des mesures autoritaires envisagées par le maître de la Turquie. La France de Hollande se signale par l'autorisation d'une telle réunion en Moselle, ce que certains politiciens français interprètent comme une rupture de la solidarité européenne. Particulièrement, les politiciens turcs évincés ses sont livrés à des déclarations outrancières, traitant de nazis les allemands et les hollandais qui leur refusaient l'entrée.

De toutes façons, l'ouverture des frontières européennes à l'émigration conduit nécessairement à une situation dans laquelle les Etats européens deviennent par la force des choses de simples provinces d'Etats en expansion comme la Turquie. La réaction allemande est-elle l'indication d'une réaction "salutaire" ? On peut penser que l'Allemagne, qui est engagée dans un partenariat depuis plus de trente ans avec la Turquie, fera marche arrière très prochainement et, obligée par l'accueil français, devra payer au prix fort ses velléités nationalistes.

13 mars 2017




L'affaire irakienne

La presse occidentale se fait l'écho des progrès des forces chiites et kurdes dans la prise de Mossoul. L'ensemble de l'agglomération serait entre leurs mains et l'assaut de la vieille ville qui resterait aux mains de l'Etat islamique devrait avoir lieu prochainement.

Selon certaines sources, l'Etat islamique se désagrégerait, mais reprendrait pied dans des zones dispersées en Afghahnistan, en Libye et en Syrie, dans la province d'Idlib. Selon toute vraisemblance, cette organisation terroriste serait toujours approvisionnée - indirectement au moins - par les services spéciaux américains et leurs satellites.

13 mars 2017




Le Requiem de la France

La presse goguenarde informe le public que la chanson qui représentera la France au concours Eurovision 2017 s'intitule ... "Requiem". Sans commentaire.

13 mars 2017




Elections présidentielles françaises

Le marigot se creuse et se remplit toujours davantage. On y a jeté des comédiens grimés en hommes politiques en leur faisant croire à une émission de téléréalité. Et autour du marigot, on a posté des journalistes armés de fusils médiatiques pour assassiner les acteurs englués dans le marigot. Certains se débattent, d'autres coulent. Les gens qui croient jouer le rôle de citoyens électeurs, se "marrent" sans aucune retenue.

Pour paraître "juste", le pouvoir qui continue à tirer sur Fillon, assez bon acteur de la téléréalité que nous disions, parce qu'il fait le spectacle en se débattant sans couler tout à fait, le pouvoir donc vient de sacrifier l'un des siens qui avait embauché ses filles. Les acteurs citoyens se "marrent" encore plus forts et se félicitent de la qualité du spectacle de cette téléréalité.

Quelques heures auparavant, on a donné sur une chaîne de télévision privée un grand culte de la démocratie, en tirant du marigot pendant quelques instants, cinq des acteurs qui s'y débattent, justement pour débattre des grands sujets de l'heure - je veux dire des sujets qui "intéressent" les acteurs "citoyens". De l'avis général des commentateurs politiques honnêtes et désespérés, aucune idée politique de niveau présidentiel n'a été présentée. Les acteurs "citoyens" sont satisfaits. Le culte a été grandiose. L'émission de téléréalité se poursuivra donc.

22 mars 2017




La campagne présidentielle - Encore.

La presse socialiste - l'immense majorité des media de masse - continue de diffuser des informations de manipulation de l'opinion qui mêlent des informations fausses et des informations trompeuses instillées à des moments propices à manipuler l'opinion publique.

Cette concomittance de diffusion d'informations spéciales et d'événements politiques qui leur donnent un sens spécial n'a pas échappé au camp Fillon qui tente de se dégager d el'étau médiatique fatal. Incapables de produire des informations contrant l'agression dont il est l'objet, le camp Fillon a cru trouver dans le livre d'un trio d'ennemis l'aveu d'un montage par le gang hollandiste encore au pouvoir.

Mais, la réplique est faible parce que l'ennemi peut contredire l'information, puisque c'est lui qui la détient ! Par contre, les partisans de Fillon sont ravis parce que, enfin leur candidat semble prendre l'offensive. Il serait temps en effet.

On note que le camp Le Pen n'est plus la cible prioritaire du gang hollandiste. La raison en serait que les sondages, s'ils accordent à Le Pen la victoire au premier tour, la tiennent pour éliminée dans tous les cas au second tour. Seulement, il y a un risque qu'au second tour, ce soit Fillon qui triomphe. Sinon, c'est Macron. Du coup, c'est bien Fillon l'homme à abattre d'urgence. Tout comme Strauss-Kahn l'avait été avant la campagne 2012 de sinistre mémoire.

25 mars 2017




Soixantième anniversaire du Traité de Rome

Les commentateurs s'orientent dans les média de masse selon trois directions. La tendance majoritaire se répand en louanges sur les apports irremplaçables du mouvement européiste. Essentiellement, il s'agit de l'opinion des deux grands partis de gouvernement : Les Républicains et Parti Socialiste. Une autre tendance, qui regroupe les débris des opposants au Traité de Maestricht et autres souverainistes, estiment que l'Union Européenne, héritière du Traité de Rome, est un vieillard cacochyme. Enfin, une tendance plus récente, souvent qualifiée de populiste, et qui mélange extrême-droite et extrême-gauche - ces extrêmes étant relatifs à la mollesse contemporaine ... - estiment qu'il faut pousser le cadavre dans la fosse commune en restaurant les Etats-Nations et leurs bonnes vieilles coopérations d'antan. Sur la base de monnaies indépendantes. Et de politiques économiques et sociales encore plus indépendantes.

Un sommet européen a été rassemblé à Rome qui est allé hier recevoir la bénédiction du pape François. Le chef du gang au pouvoir en France aurait reçu l'accolade du Souverain Pontife. C'était les condoléances à la sortie d'un Requiem ...

25 mars 2017




Le chômage en zone Euro est plus fort que celui en Union Européenne

Au mois de février, la presse annonce que le taux de chômage s'établit à :
zone Euro Europe des 28
9,5%8,0%
Le chômage est en baisse pour tous les pays de l'Europe des 28 sauf, ceux de la zone Euro et le Danemark et la Lituanie. Dans la zone Euro, on note :
DEFRESGR
3,9%10,0%18,0%23,1%
On notera que le taux de 8,0% du chômage de février 2017 comptabilise aussi le chômage de la zone Euro. Il faut donc admettre que le taux de chômage des pays européens non assujettis à l'Euro est encore beaucoup plus faible (peut être de 5 à 6%, seulement). Il en résulte que l'idée pour la France de ne pas se trouver dans la zone Euro et d'utiliser au contraire l'outil monétaire à son profit est loin d'être une idée délétère, contrairement à ce qu'affirment Fillon et Macron dans la campgne présidentielle.

3 avril 2017




Des nouvelles de la campagne présidentielle

L'offensive mediatico-judiciaire contre les candidats à la présidentielle semble se calmer même si les actions en cours sont poursuivies sans faille. On notera que, la semaine passée, le "moralisme" des immoraux aura fait une victime en dehors de la campagne, le socialiste Bruno Le Roux contraint à la démission du gouvernement Hollande - Cazeneuve. Comme Fillon pour une question d'emploi parlemenatire de membres de sa famille ... Serait-ce un contre-feu à la défense de Fillon qui voit dans sa mise en accusation la main de Hollande ?

Cependant, les programmes présentés ne semblent pas présenter plus de mesures de niveau présidentiel et susceptibles de modifier la situation catastrophique où nous nous trouvons. Fillon, presque dix ans après, a réitéré l'idée que la France était en quasi-faillite.

Les sondages donnent toujours un trio Le Pen - Macron - Fillon, le plus souvent dans cet ordre, au premier tour. Avec une victoire presque assurée de Macron au second tour. Cependant, des analyses plus précises que les médiocres sondages à "mille têtes" montrent que Fillon serait en tête au premier tour.

3 avril 2017




Les Etats-Unis entrent en guerre contre la Syrie ...

... et donc contre la Russie. C'est ce qu'annonce dans la liesse la presse occidentale. Cette nuit, il semble que les Etats-Unis aient lancé 59 missiles de croisière Tomahawak sur une base aérienne syrienne de la province d'Homs. Selon un organisme musulman soutenu par l'Occident cette base "aurait été presque entièrement détruite". La presse indique, hilare : "Donald Trump a affirmé que ces opérations étaient "dans l'intérêt vital de la sécurité nationale" des États-Unis". La Syrie et la Russie estiment qu'il s'agit d'une agression. La même qualification avait été employée il y a quelques jours pour qualifier une incursion de troupes turques sur le territoire syrien.

L'agression américaine est posée comme une juste réponse au franchissement d'une fameuse ligne rouge. La Syrie est en effet accusée d'avoir employé il y a quelques jours un neurotoxique contre des populations civiles près d'Idlib. La Syrie et la Russie ont contestée cette accusation estimant qu'il s'agit de l'effet involontaire d'un bombardement classique de l'aviation syrienne qui a frappé un dépôt clandestin d'armes chimiques de rebelles musulmans. L'accusation d'emploi d'armes chimiques est récurrente contre l'Etat syrien et semble en général peu convaincante. L'agression américaine permet à Trump d'affirmer la réalité de cet emploi qui serait en effet criminel d'une part et de démontrer qu'après la molesse d'Obama, confronté au même emploi en 2013, lui, Trump, ne se laisse pas intimider par ... la Russie, d'autre part.

La Turquie vient d'annoncer qu'elle soutiendra une offensive américaine sur le sol syrien.

La Russie a suspendu le mémorandum avec les États-Unis sur la prévention des incidents et la garantie du maintien de la sécurité des vols aériens au cours des opérations en Syrie.

7 avril 2017




Campagne Présidentielle 2017 - Remarques

Il reste quelques jours avant le premier tour. Quatre candidats sont en mesure de faire partie des deux sélectionnés au premier tour.

On remarque qu'actuellement François Fillon est probablement sous-estimé par les sondages, tandis qu'Emmanuel Macron pourrait être sur-représenté dans ces mêmes sondages. Enfin, les projets de vote Le Pen et Mélanchon ne sont probablement pas bien détectés par les sondages. Les incertitudes sont donc extrêmes.

On remarque que les débats se sont concentrés sur des promesses politiques ou bien clientélistes ou bien d'importance secondaire. On note une inquiétante recrudescence de la protestation que le candidat n'a pas d'autre but que de "protéger les français". Cette "protection" est un "mot-valise" qui doit servir à résumer le thème de la sécurité, de l'immigration, de la Sécurité sociale et deux ou trois autres du même genre. Probablement de la sauvegarde du pouvoir d'achat et du chômage ...

Les mesures annoncées sont en général basées sur de vieilles recettes inefficaces.

On peut penser que l'abstention au premier tour pourrait être élevée. Cependant, la "crainte" de la victoire de l'un et/ou de l'autre "extrême", Le Pen et Mélanchon, pourrait mobiliser l'électorat. Pour le reste, il n'y a aucun enthousiasme.

20 avril 2017




Victoire de Macron au premier tour

Le premier tour des élections présidentielles a qualifié deux candidats pour le second tour : l'héritier de Hollande, Macron, devant, Marine Le Pen, héritière du redoutable Jean-Marie Le Pen. Les deux "héritiers" ont, pour le premier, juré qu'il était en rupture complète avec le maître, et pour la seconde, exécutée un acte freudien proche du peurtre totémique, tout en imprimant une orientation de gauche à un parti d'extrême-droite.

Les deux partis institutionnels, PS et ex-gaullistes, ont été désavoués, les fillonistes un peu moins sévèrement que les hollandistes, déjà écartés par la manoeuvre "florentine" de Macron.

Contrairement à ce que nous prévoyions, les sondages se sont très peu trompés et l'abstention n'a pas du tout été remarquable.

L'électorat français en votant d'abord pour Macron a peut être désavoué le socialisme à la Hollande. Il a surtout consacré le "progressisme" à l'américaine, idéologique et financiarisé, dans le climat politique français. C'est une grande catastrophe en soi.

Numériquement, selon les sondages, il est évident que Le Pen ne peut pas gagner. Elle dispose d'un capital de report de voix de quelques pour cent - de 8 à 10% semble t'il. C'est extrêmement loin de ce qu'il faut pour l'emporter. Macron dispose du soutien de Fillon et de ses principaux lieutenants, ainsi que le ralliement effrayé des socialistes. Il existe deux inconnues bien imprévisibles : la capacité de l'électeur de "base" de décider un coup électoral à la "Trump" - le fameux vote populiste - le report de voix de Mélanchon vers Le Pen pour faire barrage au financiarisme européiste de Macron. A la limite, le compte y est pour Le Pen ...

Mais ce serait une surprise absolue.

24 avril 2017




Des présidentiables et des chômeurs ...

... il n'y a qu'un pas que l'actualité mensuelle franchit en annonçant qu'en mars il y a 43.900 chômeurs de catégorie A de plus. Le quinquennat Hollande, assisté de Macron, a donc produit 635.100 chômeurs de plus en catégorie A. Et nous retrouvons Macron en tête des présidentielles, avec l'oeil bleu, la mâchoire carnassière et les dents blanches ...

Voter Macron, c'est vraiment exiger que le travail disparaisse en France !

Plus gravement, on remarque que si Hamon a fait perdre Mélanchon, Dupont-Aignan a fait perdre Fillon. Et quitte à rester à l'arithmétique, il faut quand même constater que la droite compte presque 10% de votants de moins que la gauche ... Alors, pour ne pas voir la réalité en face, on peut se fabriquer une France de bisounours avec un Macron qui n'est ni de droite, ni de gauche ... mais progressiste comme ... Hollande ! Et d'un Macron, soutenu par Hollande et par la plupart des mandarins qui composent encore sa Cour.

26 avril 2017




Présidentielle - Recomposition politique en cours

On annonce que le 5° candidat du premier tour, Nicolas Dupont-Aignan s'est rallié à Mme Le Pen qui - selon la vraisemblance - en échange lui a promis le poste de Premier Ministre, si elle est élue.

La réaction de la classe politico-médiatique a été brutale. Dupont-Aignan est banni de la société politique européenne. Or, depuis les premières minutes qui ont suivies l'annonce du résultat du premier tour, on sait que les mandarins du parti filloniste se sont ralliés à Emmanuel Macron de conserve avec les mandarins du Parti Socialiste.

Déjà le mouvement "En marche !" de Macron soutient l'idée d'une recomposition de la société politique avec un parti progressiste unique destiné à élire Emmanuel Macron et un spectre horrible d'extrême-droite. Cette situation conduit insidieusement à un parti unique qu'en fait le Front National dénonce depuis trente ans quand il identifie les quatre grands partis à une même coalition d'intérêts. Il faut reconnaître que les différences politiques entre l'actuel parti LR, le centrisme Bayrou - Macron, ou le socialisme Hollande sont tellement subtiles qu'en réalité, elles partagent un fond commun hégémonique ne se distinguant que sur des détails.

Horrifiés par le bannissement prononcé par la presse progressiste allant de Libération au Figaro, la majorité des électeurs de Nicolas Dupont-Aignan protestent véhémentement contre le choix de leur ancien candidat. Le battage médiatique est tel qu'on se demande quel intérêt électoral Mme Le Pen peut trouver à "enbaucher" un politicien sans électeur, et immédiatement éliminé du concert politique, comme elle. Pour avoir raison, Mme Le Pen n'a qu'une seule solution : être élue par 2 français sur trois le 7 mai 2017 et que son triomphe dure au moins au-delà des élections législatives.

C'est beaucoup demander ... Mais en politique, le désespoir est la dernière sottise.

29 avril 2017




Campagne présidentielle - "Empêché", "roi fainéant", ...

C'était la distribution des prix de fin d'année hier soir à la TV française. Un journaliste demandait à chacun des deux candidats pour le second tour de la présidentielle de définir en un mot le président "sorti". Pour l'un, il est "empêché", pour l'autre, c'est "un roi fainéant". Mme Le Pen méprise Hollande, sentiment partagé par une forte majorité de français. Mais, ce n'est pas une attitude réaliste, pour la raison simple que Hollande est , en politique du moins, un "tueur". M. Macron est plein de "tendre compassion" - un sentiment qu'il a sûrement appris du "pape François" .... - pour celui qui l'a propulsé aux premières places du paysage politico-médiatique français. Il démontre par là que cherchant à rallier la majorité des français, il vient de flatter une minorité politiquement battue sous les yeux en colère de sa majorité visée. Perdra t'il ? C'est possible. Il a ici démontré le contraire de ce qu'il a affirmé pendant sa campagne. Contrairement à ce qu'il a dit, il reconnaît implicitement qu'il est un client de Hollande, qu'il ne sera jamais que son héritier.

Dans une autre émission, le gauchiste Mélanchon - d'ailleurs le seul politicien authentique de la campagne, mais authenticité au sens du XX° sècle - a menacé Macron de la victoire suivante, assurée - pense t'il aux mélanchtonistes - aux législatives. Et il recommande à Macron de soigner plus sérieusement sa relation avec le Front de Gauche ... A bon entendeur, salut. On se demande en effet avec quelle majorité parlementaire Macron pourrait il gouverner. Quant à Le Pen, la question ne se pose même pas.

Un commentateur a récemment décrit les relations politiciennes instaurées depuis vingt ou trente ans par plusieurs clubs affidés aux puissances d'argent comme Arnaud, Pigasse, Berger, Niel et d'autres stationnés aux Etats-Unis. On parle des "fondations" Aspen ou Brueghels, et d'autres encore ... Toutes sélectionnent de jeunes politiciens qu'elles manipulent et "programment" pour appliquer une idéologie "progressiste" transcourants politiques. Ainsi, Macron peut s'entendre avec de prétendus adversaires politiques comme Vallaud-Blekacem, Aubry ou Wauquiez, avec Pécresse, avec Robert Hue ou Bayrou, avec Borloo, Valls ou Juppé, ou Ayrault. Si on suit cette "trace" explicative, ne peut-on pas admettre alors que "Macron" n'est qu'une étiquette collée sur un pantin de bois dont les ficelles sont tenues par des puissances financières qui progressivement asservissent l'Occident par une idéologie corrompue, qualifiée de "progressiste" sous l'empire de laquelle même l'activisme de Mélanchon ne peut rien.

1er mai 2017




L'emploi en 2017

En pleine campagne présidentielle entre-deux tours, les annonces concernant des licenciements de masse semblent ne susciter aucun écho dans la sphère médiatico-politique. Coup sur coup, Engie annonce 1900 postes de conseillers clientèle délocalisés au Maroc et la chaîne d'habillement Tati annonce un risque de fermeture pour 1700 salariés. En quelques heures, ce sont 3.600 emplois qui disparaissent de France.

En réalité, aucun des deux candidats ne dispose d'outil direct pour créer de nouveaux emplois. Ils en restent - surtout Macron - à des incantations, à des slogans sur la formation et la seconde chance ... On nous en a rebattues les oreilles depuis vingt ans. Les 800.000 projets de poste actuellement offerts concernent dans leur immense majorité des emplois sans aucune qualification réelle (voir notre article Les projets d'embauche en France).

2 mai 2017




Triomphe d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron, le candidat des clubs patronaux a été élu sans programme électoral, mais avec une mission : poursuivre la décadence nationale en attachant plus fortement la France en satellite des Etats-Unis, essentiellement par la voie européiste d'une part et par l'appauvrissement général d'autre part.

Une population d'esclaves abêtis par une avalanche de slogans débités servilement par une presse aux ordres des mandants de Macron a voté avec enthousiasme à la fois pour celui qui va prochainement saper leur propre "hébétitude" et contre celle qui croyait disposer d'une majorité de citoyens réagissant contre le diktat du capital américain.

Très clairement, l'échec de Mme Le Pen nous a certainement fait échapper à un désastre dont la chose certaine est que nous avions été largement prévenus par la presse de tous les Etats du monde américain. Aussi, sa défaite ne nous laisse aucune amertume réelle. Elle a cru avec son parti que les citoyens français voteraient sur de vagues têtes de chapitre de son pléthorique programme électoral. Devant le caractère sommaire des critiques élevées par le camp Macron - qui en est prudemment resté à l'invectiove souvent sournoise - le camp Le Pen a cru efficace de se concentrer sur la contestation du programme Macron. Le problème, c'est que Macron n'a pas de réel programme sauf à continuer la politique profonde des trente dernières années et à changer de manière cosmétique ce qui reste de la surface du hollandisme.

Ce matin, Hollande a assuré Macron qu'il serait toujours à ses côtés". Cà promet !

8 mai 2017




La présidence Macron

Tractations en tous genres. Recherche d'une majorité présidentielle qui ne s'en remette pas aux vieux partis pratiquement éliminés du paysage politique. La politique française est en pratique inchangée. Les rodomontades de Macron en matière de droit social suscitent déjà les vieux réflexes de défense de l'organisation socialiste des vieux syndicats, bien décidés à ne pas s'en laisser conter.

La politique européenne semble parfaitement inchangée, de même que le reste de la politique étrangère. On "prolonge" l'état d'urgence" et on se réfugie dans les imprécations contre le terrorisme ou contre la perfidie russe. On ne fait rien parce qu'on ne peut rien. On en est réduit à constater que la nouvelle ministre de la Culture ne peut pas porter les robes des starlettes sur le tapis rouge du ridicule Festival de Cannes. La France n'était plus qu'un spectacle depuis des années. Ce spectacle devient lamentable. Ridicule. Vide.

Les chiffres du chômage, de la production industrielle ou marchande, de l'endettement de l'Etat ou des entreprises peuvent fluctuer à la hausse, à la baisse. Ces variations semblent simplement aléatoires parce que la politique, du moins en France, a perdu la plupart de ses moyens d'action sur ces "chiffres". Peut être parce que les gens qui relayent cette politique impuissante n'ont pas vu les réalités qu'ils se dissimulent derrière ces "chiffres", de sorte que, eux-mêmes, sont incapables de remettre en cause les "stratégies" qui leur sont imposées par d'autres.

24 mai 2017




Le sommet du G7 à Taormina

On attendait les frasques de Trump au G7 ainsi que la première manifestation publique de Macron à l'internationale. Du second, on dira qu'il a rempli son contrat. En effet, il a soutenu la poignée de main de Trump avec le sourire carnassier qui va avec et la presse unanime le trouve beau et intelligent. C'est déjà pas mal. N'en attendons rien de plus.

De Trump, on dit qu'il n'a pas été à la hauteur des attentes. En effet, il ne se serait livré à aucune des pitreries ou des provocations qu'on attendait de lui. Seulement, la presse est furieuse. Trump a semblé réserver à la semaine prochaine sa décision sur ce que - sans aucun humour - la presse tient pour l'avenir de la planète. C'est du moins ce qu'en rapporte la presse française au sujet des "décisions" prises à la Conférence de Paris sur le climat..

En Allemagne, la presse ajoute que le problème des réfugiés a aussi accru l'insatisfaction au sujet de Trump. Mais la teneur de cette insatisfaction n'est pas développée. Le lendemain, revenue à une Fête de la Bière - était-ce dû à un petit excès - Mme Merkel a déclaré que le partenariat avec les Etats-Unis avait fait son temps et qu'il fallait que l'Europe se prenne en mains. Est-ce un signal de l'Allemagne pour exciter l'activisme de Macron ?

29 mai 2017




Ou en est le macronisme ?

Sur le plan intérieur :

  • Macron s'est heurté à la presse qu'il accuse de ne pas tenir ni son rôle, ni sa place "dans la démocratie". Elle est devenue critique à son encontre.
  • Son principal adjoint, Ferrand, et une de ses ministresses, Sarnez, sont englués dans des affaires d'argent.
  • Macron se répand en gestes théatraux comme au chantier naval de Saint Nazaire où il a joué au "président de la République".
  • Aucune décision publique n'a été prise en matière politique, législative ou réglementaire.
Sur le plan extérieur :
  • Macron s'est rué à Berlin. Il n'a obtenu qu'un câlin de la chancelière.
  • Revenu à Paris, il a frénétiquement fait venir le russe Poutine, qui n'en demandait pas tant. Mais, Macron s'est borné à faire la leçon à Poutine en le menaçant s'il utilisait des armes chimiques. Poutine a souri poliment.
  • Aucune décision publique n'a été prise en matière diplomatique, européenne, ou de défense.

Ou bien le macronisme est entouré de secret ou bien il est une résurgence des rois fainéants après avoir prétendu à un activisme brillant mais creux. Attendons et voyons.

1 juin 2017




Trump annonce la sortie des Etats-Unis de l'Accord de Paris

Finalement, Trump a annoncé que les Etats-Unis sortaient de l'Accord de Paris. Son motif est qu'il est trop contraignant pour l'économie des Etats-Unis.

La classe dirigeante mondiale est - d'après la presse occidentale - consternée, qu'il s'agisse des dirigeants des Etats mis en place souvent par les Etats-Unis eux-mêmes, ou des dirigeants de sociétés commerciales comme Google.

Tant la Chine que la Russie ont tenu à indiquer que malgré la décision de Trump, ils maintenaient leurs adhésions aux Accords de Paris.

2 juin 2017




La cristallerie Baccarat rachetée par un fonds d'investissement chinois

Baccarat qui appartenait à Taittinger avait déjà été vendu à un fonds de pensions américain qui est en train de le vendre à un fonds d'investissement appartenant à de grandes familles chinoises. L'acheteur a promis de conserver l'activité artisanale française et de développer le commerce asiatique.

2 juin 2017




Fissures dans le camp islamiste américain

La presse, avec une grande surprise semble t'il - annonce que "l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn, ainsi que l'Égypte, ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, lui reprochant son soutien aux islamistes et une complaisance à l'égard de l'Iran."

On se rappellera les liens financiers importants du Qatar avec la France. On se rappelle les liens non négligeables de l'Iran avec la Russie. Sur ces bases "étroites", ne peut-on pas voir là une suite de la visite de Trump en Arabie Saoudite ?

En avançant un pas plus loin, n'y aurait-il pas une intention de la CIA de masquer sa collusion avec l'islamisme en faisant porter le chapeau au Qatar.

Cependant, il existe une incohérence, tenant probablement à une ignorance de notre part. Comme lier au sujet du Quatar son soutien aux islamistes et sa complaisance à l'égard de l'Iran quand on sait que l'Iran est engagé en Syrie aux côtés des Russes dans la lutte contre le terrorisme islamiste.

5 juin 2017




Des législatives en Grande-Bretagne et en France

Madame May, Premier Ministre britannique, a décidé d'avancer la date des législatives pour "renforcer" sa majorité dans la procédure de "Brexit" dans laquelle, contre son gré, elle se trouve attraite. Le résultat a été surprenant : elle a perdu la majorité, ce qui va l'obliger à composer avec des minoritaires pour résister aux travaillistes.

La situation a inspiré un commentaire un peu triste de Monsieur Philippe, Premier Ministre français, qui se trouve devant des élections législatives imposées par le calendrier. Dans ces élections, il bénéficie d'un parti tout nouvellement créé par son mentor, le nouveau Président de la République, Macron, et "on" lui chante les louanges d'un succès assuré. Le premier ministre a rappelé les exemples de Theresa May et d'Alain Juppé pour affirmer que «tous ceux qui tirent des plans sur la comète avant l'élection, sont supris après l'élection».

Ce qui effraye un peu, c'est le très faible niveau politique des candidats aux législatives françaises. Il semble que le macronisme, après le sarkozysme, puis le hollandisme, ait fait fuir les cerveaux, et compte sur de braves gens un peu mous pour voter aux ordres les lois qui vont bien avec le teint frais du nouveau Président ... Tout ceci n'est pas très sérieux. Sauf que la situation économique tirée de la situation politique ne peut qu'empirer. Drame pour beaucoup, la situation économique va devenir terrible pour les classes moyennes à qui Macron vient de promettre un nouveau tour de la vis fiscale alors que ce sont eux qui l'ont élu.

Avec la médiocrité politique dont il fait preuve - l'astuce politicienne mise à part - Macron décourage toute initiative politique susceptible de changer la situation économique. Au contraire. La catastrophique représentation nationale que nous promet l'appel à la société civile servira au mieux les intérêts de Macron : appauvrir davantage les français de façon à rendre davantage irréversible leur soumission à l'Europe.

9 juin 2017




Législatives - victoire écrasante du macronisme minoritaire

Le premier tour est actuellement interprété de la façon suivante :

  1. Majorité écrasante du parti macroniste : 400 à 440 sièges ;
  2. Forte érosion de l'ancien parti sarkozyste : 95 à 130 sièges ;
  3. Naufrage du parti hollandiste réduit à 20 sièges ;
  4. Maintien de l'exclusion du Front National de l'Assemblée Nationale : 2 à 5 sièges ;
  5. Consolidation d'une extrême gauche mélanchoniste ultra - minoritaire : 13 à 23 sièges.

On peut être extrêmement inquiet pour l'évolution politique sociale et économique de la France, notamment face aux problèmes européiste, atlantiste, fiscal, de croissance et donc de chômage. L'identification de la majorité présidentielle et de la majorité parlementaire donne les pleins pouvoirs au macronisme qui, prétendant au changement, présente toutes les caractéristiques d'une tyrannie clandestine.

En effet, nous ignorons qui sont les commettants de Macron, même si des indices concourants nous font présumer qu'il s'agit d'une oligarchie financière et commerciale, de gens acquis au progressisme bourgeois le plus honteux, profondément immoral et totalement cynique. Par ailleurs, les indices laissés par Macron et ses complices nous conduisent à penser que la mise en oeuvre de sa politique produira plus de soumission à l'européisme, plus de soumission à l'atlantisme, plus d'impôts, de taxes et de normes, moins de production de richesses, et donc à la fois une baisse des revenus du travail et une baisse de l'emploi responsable.

Par ailleurs, l'abstention de plus de 50% fait craindre que le mécontentement populaire ne sera pas politiquement pris en compte au niveau du Parlement. Il existe donc un risque de désordres sociaux graves, les recettes appliquées aux Etats-Unis pour contenir les explosions sociales ne pouvant, à notre opinion, fonctionner en France.

12 juin 2017




Les promesses électorales de Macron couteraient ...

... 32 milliards d'euros. Si elles sont tenues, selon Le Figaro qui semble fortement douter de la chose. Les promesses électorales n'obligent que ceux qui les écoutent. Ce n'est pas du Audiard, mais du Pasqua ...

15 juin 2017




Un fanatique de Sanders tire dans un groupe d'élus Républicains aux Etats-Unis

La presse américaine annonce avec une certaine délectation qu'un sectateur de Bernie Sanders, âgé de 66 ans, a ouvert le feu sur des élus républicains en train de disputer un match de base-ball. Le tireur a été abattu par la police américaine. Sur sa page Facebook - il semble que les pages Facebook soient prisées des fanatiques - il proférait les plus graves menaces contre Trump. Il s'est finalement rabattu sur des moineaux qui passaient par là.

L'hystérie qui s'est emparée de la presse démocrate à compter de l'élection de Trump, a instillé des pulsions meurtrières dans le public américain et d'ailleurs. On peut admettre que Trump et ses désirs politiques bizarres peuvent susciter une inquiétude et des critiques. Si la presse ne se calme pas, ce genre d'incidents devrait se généraliser et pas seulement aux Etats-Unis. En effet, de nombreux pays, comme la France, ont perdu leur identité pour emprunter celles de satellites de l'Amérique décadente.

Ainsi chez nous, la présidentielle qui a suivie celle des Etats-Unis a vu Macron s'affronter à Le Pen et à Mélanchon. Ce trio ressemble partielllement au trio américain Trump - Clinton - Sanders. Cependant, c'est Macron qui a gagné en France ... non pas Trump ... Mais, dans ce triolisme, l'hystérie anti-Trump a été largement copiée contre Mme Le Pen qui ne méritait peut être pas autant de haine. Elle n'en eut pas le moindre besoin pour s'éliminer elle-même de la course, un peu comme Mme Clinton.

15 juin 2017




Mémoire de Waterloo

Le 18 juin 1815, l'armée du Nord concentrée par Napoléon près de Bruxelles affrontait une armée alliée commandée par l'anglais Wellington. Dans cette bataille légendaire, Napoléon, pourtant légèrement supérieur en nombre, fut littéralement écrasé malgré son génie militaire. On note qu'une partie non négligeable des troupes qui vainquirent les français faisaient quelques mois auparavant partie de la Grande Armée napoléonienne. Ami, ennemi, allié, européen, tout cela ce ne sont que des mots qui changent au vent de l'Histoire.

18 juin 2017




Affaire syrienne

Bien que la presse occidentale n'en fasse pas de promotion - un court article dans The Washington Post et une brève de l'AFP - il semble que les américains et leurs satellites aient abattu un Su-22 de l'armée syrienne qui attaquait des islamistes soutenus par la CIA. La Russie a protesté et interrompu le processus de concertation des plans de vol en Syrie.

Selon des sources divergentes, il semble que l'armée syrienne intervenait sur le territoire de la République syrienne pour éliminer un point d'appui des forces islamistes rebelles dans la région de Raqqa. L'aviation américaine est intervenue pour soutenir les islamistes rebelles et un Su-22 syrien aurait été abattu.

Selon une source, en réaction, l'Iran aurait déclenché des tirs de missiles balistiques moyenne portée contre des positions tenues en Syrie par des islamistes soutenus par la CIA :

Ce sont des missiles sol-sol de moyenne portée qui ont été tirés sur des positions des extrémistes. Ils ont été lancés depuis les provinces de Kermanshah et du Kurdistan ...
Source : Sputnick

19 juin 2017




Triomphe macroniste aux législatives.

Le conglomérat d'individus affamés de pouvoir politique rassemblé par Macron a largement triomphé dimanche permettant à Macron de se passer du Modem de Bayrou. Le remaniement du gouvernement, attendu suite à cette élection, suggère une alternative : ou bien Bayrou a compris la menace et prouve à Macron qu'il va se calmer ou bien Macron élimine Bayrou, plus gênant qu'utile.

Un passage de la réforme du code du travail par ordonnance semble ne plus être utilse et, bien que sa majorité soit législativement complètement incompétente, Macron pourrait tenter de faire passer sa réforme par la simple voie législative sans problème. On peut aussi penser que Macron a surtout avantage à faire voter très prochainement un accroissement rapide et substantiel de la fiscalité pour financer ses déprédations nationales.

Dans ce tableau idyllique, certains commentateurs chagrins, comme l'économiste Jacques Sapir, notent que Macron dispose du soutien de moins de 16% du corps électoral tandis que l'abstention de 57% au second tour des législatives ainsi qu'un nombre très élevé de votes blancs et nuls peuvent laisser présager une rentrée sociale agitée avec des grèves pour faire pression notamment sur la question du droit du travail.

Cependant, on peut penser que le tombeur de Macron sera celui qui réussira à cristaliser le mécontentement des classes moyennes qui, bien qu'actuellement largement acquises au macronisme, vont découvrir qu'une fois de plus, elles se sont faits plumées à l'insu de leur plein gré ... A défaut, nous aurons un n-ième successeur au Petit Nicolas et à Normal 1er.

19 juin 2017




Affaire syrienne

La pression américaine pour écarter la Russie du théâtre des déprédations de la CIA au Moyen-Orient s'intensifie. Les milices kurdes, armées par la CIA et soutenues par les chasseur-bombardiers de l'US Navy, attaquent Raqqa en plein coeur de la Syrie au mépris absolu de la souveraineté de la République syrienne, soutenue par la Russie et l'Iran. Par ailleurs, selon certains sources, l'armée américaine aurait installé récemment une nouvelle base militaire en Syrie.

Dans le même temps, l'isolement du Qatar par l'alliance sunnite autour de la royauté wahabbite se développe. On a noté l'élimination du prince héritier wahabbite au profit d'un autre prince fortement impliqué dans le commerce du pétrole et dans la lutte contre l'Iran et le Qatar.

Dans un interview récent, Macron aurait revendiqué l'autorité pour mener des frappes aériennes autonomes sur le territoire syrien. On s'interroge sur ce moulinet de sabre.

En Irak, Daech serait en difficulté à Mossoul. Selon des sources russes, les islamistes utiliseraient de l'ypérite contre les soldats irakiens sans que Washington et ses satellites ne fassent rien.

Dans un contexte préparatoire à une guerre plus large, on note aussi que l'OTAN et l'armée américaine d'occupation de l'Europe multiplient les provocations aériennes. Hier, c'était l'approche par un chasseur américain de l'avion transportant au-dessus de la Baltique le ministre russe Chougoi de la Défense.

22 juin 2017




Nouveau gouvernement Macron

Edouard Philippe, transfuge du sarkozysme naufragé, a élaboré un deuxième gouvernement pour tenir compte des législatives et de certaines affaires judiciaires qui ont nécessité la mise à l'écart de quatre ministres de son premier gouvernement. Le macronisme revendique une composition qu'il qualifie d'"équilibré" tant relativement à la nouvelle Assemblée qu'aux forces politiques actuelles. On note que le macronisme est toujours compatible avec le Parti socialiste, le Modem de Bayrou et le sarkozysme à la Juppé.

Dans un entretien sur TF1, Philippe est apparu calme et serein. Il semble manier avec beaucoup de compétence les techniques de manipulation de la presse et de l'opinion publique, réorientant à sa guise les sujets abordés par les journalistes. Sur le fond de l'action gouvernementale, sur les prochaines lois qu'il fera voter par sa majorité serve, il n'a rien dit.

22 juin 2017




Le macronisme s'installe

Les chiffres du chômage sont mauvais en mai 2017. Les commentateurs soulignent qu'ils sont très mauvais pour les chômeurs de plus de 50 ans qui n'ont plus aucune chance de retrouver un travail. Ils ne disent pas que les jeunes n'ont pas d'autre espoir que de rares emplois disqualifiés et précaires. La situation de l'emploi est donc bien plus catastrophique que ne le font espérer les "reprises" annoncées de l'activité économique qui ne sont que des élucubrations concoctées par des agences de communication, comme l'INSEE, payées par les puissances qui n'ont qu'un seul objectif : appauvrir définitivement le peuple français pour asseoir le pouvoir technocratique du socialisme bourgeois.

Fort d'une majorité absolue à l'Assemblée Nationale, Macron peut déterminer entièrement la politique de la France en allant chercher ses ordres à Washington et New York d'une part et à Berlin et Düsseldorf d'autre part. Mais, il va rencontrer un problème. Le magma d'individus crasseux qu'il a fait nommer députés va longtemps éructer dans la vie politique française et, ce magma sera docile au début par ignorance, il va vite goûter aux joies de la dispute politique et devriendra progressivement ingouvernable. Par bêtise et présomption.

Raffarin a annoncé qu'il quittait la vie politique pour se consacrer à la recherche de la paix dans le monde. Selon certaines sources, Fillon abandonnerait la vie politique. Valls, élu de justesse, quitte le Parti Socialiste et deviendrait apparenté au macronisme. La nullité triomphe partout.

27 juin 2017




Décès de Simone Veil, mère de la loi sur l'avortement et de la démocratie européenne

Mme Simone Veil, ancien ministre de Giscard d'Estaing, ancienne présidente du Parlement européen, est décédée. Les éloges sont unanimes sur sa carrière politique dominée par deux événements majeurs : la légalisation de l'avortement considérée comme un progrès social et la constitution d'une démocratie parlementaire européenne considérée comme la prohibition absolue de l'horreur nazie. Horreur nazie dont elle fut elle-même la victime et dont elle triompha en survivant.

01.07.2017




Affaire syrienne

Alors qu'en Irak, la ville de Mossoul serait prête de tomber aux mains de l'armée irakienne, sans que l'on connaisse la force des djihadistes survivants, ni l'implication réelle des forces kurdes d'une part et des forces américaines d'autre part, la situation s'envenime en Syrie aux dires de Moscou et de Damas.

Les deux alliés semblent avoir initiée une tactique consistant à publier les options militaires qu'ils croient en train d'être explorées par les américains et leurs alliés djihadistes. Moscou a noté aujourd'hui dix-huit vols de reconnaissance de l'US Navy près de sa base de Lattaquié. Ils estiment qu'une attaque chimique pourrait être mise en scène dans deux bourgades au sud d'Idlib de façon de donner à Trump un prétexte pour envahir la Syrie selon une tactique déjà utilisée contre l'Irak de Saddam Hussein en son temps.

3 juillet 2017




Les menées du macronisme

Macron a réunit le Congrès à Versailles pour tenir aux deux chambres assemblées solennellement un discours programmatique. Avant toute analyse rigoureuse, on retiendra le verbiage prononcé d'une voix mélodieuse, rappelant un jeune vicaire prêchant dans une paroisse riche. Des idées généreuses sur la France, sur l'Europe, sur les aspirations de français, .... Une nouvelle peut être : l'état d'urgence serait abrogé à l'automne.

Ca en devenait ridicule. Qu'Emmanuel Macron s'en soit rendu compte lui vaut une pierre blanche dans son jardin. Pour le reste, ...

3 juillet 2017




La crise des migrants

Le Monde publie un sondage qui montre que près de deux français sur trois considèrent que l'immigration a changé négativement l'image qu'ils se font de leur pays. De plus ces français estimeraient que les musulmans ne partagent pas les valeurs républicaines.

Le même jour, l'Italie annonce qu'elle a atteint un point de non-retour dans la crise des migrants qui l'envahissent depuis plus de trois ans. Après une brève suspension, produite par l'organisation par la Turquie d'une invasion de migrants sur la Grèce, l'invasion par la voie libyenne a repris. L'Italie demande à l'Europe d'ouvrir ses ports. La France, par la voix de Macron devant le Congrès réuni à Versailles, peut être conscient de l'hostilité majoritaire du peuple français, vient de refuser selon La Stampa.

Il faut dire que la situation provoquée par la crise migratoire est politiquement malsaine à de nombreux égards. Selon plusieurs reportages diffusés, pour la dernière fois au Journal Télévisé du 20 heures hier sur TF1, la marine de guerre italienne va chercher les réfugiés à quelques kilomètres des côtes libyennes et les débarque à Lampedusa ou à Gênes ou Naples. Les Italiens voudraient pousser à Toulon et Marseille.

Par ailleurs, selon certaines sources incluant des agences officielles européennes comme Frontex, il semble que des ONGs américaines soient fortement impliquées dans la fourniture de radeaux gonflables et l'orientation de migrants africains et proche-orientaux vers ces lieux d'embarquement que ces ONGs contrôleraient par l'intermédiaire d'organisations djihadistes profitant du chaos instauré en Libye par la France, l'Angleterre et les Etats-Unis.

Parmi ces ONGs, figureraient des ONGs financées ou soutenues autrement par le Groupe Soros, et l'ONG Avaaz, déjà citée pour son implication dans l'assistance aux djihadistes en Syrie.

3 juillet 2017




Le premier tour ... du bacc.

Après les présidentielles, les législatives, voici le premier tour ... du baccalauréat ! La presse aux anges annonce que 78,6% des candidats ont été admis au premier tour. Quand un quotidien demande à ses lecteurs si le bacc. est devenu trop simple, ils sont 90% à répondre "oui". La question est bien entendu stupide. Mais la réponse dénote que le public ne se laisse pas avoir par l'autosatisfaction maladive de l'institution scolaire.

Ainsi, dans cette stratégie suicidaire, sans doute fatiguée des publications annuelles des "perles" relevées par les correcteurs dans les copies des candidats au bacc', une prof' a décidé de publier les traits de génie des bacheliers. Selon l'agence de communications de son éditeur, la dame veut "réfuter" l'idée que le niveau des lycéens baisse.

Les admissions "après le bacc'", à l'Université notamment, ont lieu avant les épreuves ...

6 juillet 2017




De l'affaire syrienne au choc entre l'Occident et l'Orient

Peu à peu, le simplisme de Trump jouant son rôle dissolvant, l'affaire syrienne se fond dans un contentieux bien plus grave que ses protagonistes avaient jusqu'à présent tenté de dissimuler en conflits indépendants. L'Ukraine avec l'Europe d'un côté et la Russie de l'autre, l'Afghanistan, le Pakistan, la Mer de Chine, la Corée du Nord, le Mali, le Venezuela, l'Ethiopie et le Soudan, le Yemen, l'Irak, la Syrie, la Turquie avec les migrants vers l'Europe d'un côté et les kurdes en Syrie et ceux d'Irak de l'autre, l'Arabie Séoudite avec le Quatar d'un côté et le Yemen de l'autre, tout cela grouille de conflits qui sont en train de se rassembler. Un peu comme ces orages qui nous entourent longement avant de se réunir au-dessus de nous en un instant terrifiant.

Comprenne qui voudra.

6 juillet 2017




Le macronisme est une dictature

A peine en place, le macronisme a immédiatement débuté la représentation de la démocratie dans une "Galerie des glaces" qui permet au Congrès de se promener en s'admirant. Mais, depuis les coulisses du théâtre élyséen où joue un couple d'amateurs fortunés, les interdictions déjà pleuvent. Les retraités touchant une pension supérieure au Smic ont l'interdiction de vivre. Sinon, ils seront taxés. Il est interdit de manger en conduisant son véhicule. Il est interdit de vendre un véhicule à essence ou au diesel à partir de 2040, .... Dormez petits pigeons, dormez ... (Drôle de drame, Michel Simon, 1937).

6 juillet 2017




Dixième anniversaire de Summorum Pontificum

Le 7 juillet 2017, le Saint-Père Benoît XVI édictait son Motu Proprio Summorum Pontificum qui élargit considérablement les exceptions envisagées dans un précédent Motu Proprio de Jean-Paul II, Ecclesia Dei. Avec Benoît XVI, le missel de Saint Pie V est reconnu par Rome comme n'ayant jamais été remplacé par le Missel de Paul VI, les deux constituant respectivement la forme extraordinaire et la forme ordinaire du rite romain.

7 juillet 2017




Victoire de Mossoul

Selon la presse occidentale, la ville de Mossoul assiégée par les forces armées iraiennes, soutenues par l'aviation américaine et de leurs alliés, est tombée et les derniers djihadistes en auraient été chassés. Le premier ministre irakien aurait fait l'annonce en se déplçant lui-même dans la ville.

Cette victoire notable souligne la perte de puissance des djihadistes. Elle ne permet pas de penser que l'Etat islamique est complètement détruit. Au contraire, certains experts estiment qu'il se reconstitue ailleurs actuellement. En Lybie et au Niger notamment, et son extension se poursuit du Maroc à l'Indonésie.

Une autre question est actuellement sans réponse. On a parlé au début du siège de Mossoul de l'action des forces kurdes irakiennes. Puis, elles ont disparues des rares compte-rendus de la presse occidentale. Leur disparition de la presse ne signifie nullement qu'elles soient absentes du terrain. Et on ignore leur part à la prise de Mossoul. De ce fait, on se demande qu'elle est la position de la Turquie sur cette victoire. On sait que des troupes turques faisaient mouvement en Irak au début du siège. On ignore où elles sont.

Une autre question concerne la relation entre l'action sur Mossoul et la guerre menée par la Syrie assistée de la Russie et de l'Iran. On sait seulement que la Syrie craignait que l'action sur Mossoul chasse les djihadistes vers le territoire syrien accroissant les contraintes militaires de la Syrie. Il semble que les forces kurdes syriennes, autour du YPG soutenu par les américains, mèneraient une action contre la ville de Raqqa tenue par les djihadistes, sous la menace d'une intervention turque qui refuse l'établissement d'un territoire kurde au nord de la Syrie.

11 juillet 2017




Reprise de l'affaire Gregory - Suicide de l'ex-juge Lambert

Il y a un mois environ, l'affaire Gregory Vuillemain a repris, 32 ans après les faits. Un témoignage qui a été révoqué en doute depuis incriminait des pressions subies par l'un des témoins du drame. Le témoin, maintenant agé de 48 ans est en détention et grève de la faim. Or, l'ex-juge Lambert qui avait présidé à l'instruction malheureuse du début de cette affaire avant d'en être desaisi à cause des meurtres que cette affaire générait, vient à son tout de se suicider pour des raisons inconnues.

L'institution judiciaire, tout comme la législation qu'elle applique souvent avec une incontestable technicité, est un peu plus mise en cause par le nombre élevé d'affaires scandaleuses parmi lesquelles et sans limitation on peut citer, les affaires d'Outreau, l'affaire DiIls, l'affaire Heaulmes, et enfin l'affaire Vuillemain. Beaucoup d'autres affaires en dehors du secteur pénal, comme en droit des affaires commerciales ou en droit des affaires politiques, seraient à citer. On y renonce ici.

12 juillet 2017




Le Chef-d'Etat Major des Armées démissionne

On a appris que le Général de Villiers, Chef d'état-major des Armées, en désaccord avec la baisse supplémentaire du Budget des armées décidée par le Président Macron, a présenté sa démission. Il a été immédiatement remplacé par un autre militaire.

Selon la plupart des commentateurs, il s'agit d'une indication d'une appréciation politique négative du macronisme. Même Hollande n'eut pas à affronter un discrédit à un tel niveau. Le général de Villiers, cependant, a été remplacé. Mais, son exemple peut inspirer d'autres responsables de l'Etat. Il révèle une forte opposition à la solution comptable imposée par Darmanin à Bercy (ou par Bercy avec Darmanin ...). Maintenant, il faudra observer si une réduction proportionnelle des missions de l'Armée est décidée. SI c'est le cas, on peut approuver Macron si rien de fâcheux ne se produit. Dans le cas contraire, que les missions soient maintenues ou renforcées ou bien qu'un conflit majeur éclate, et le discrédit sur Macron sera complet.

19 juillet 2017




Décès de l'acteur Claude Rich

Il avait été "Monsieur Antoine" dans Les Tontons Flingueurs et "Christian Martin" dans Oscar. On l'avait aussi vu en "Talleyrand" du Souper. Sa voix et son sourire étaient extraordinaires, son élégance inégalée. Toute sa vie a été pour le théâtre, le cinéma et sa famille. Fervent catholique, il avait publiquement manifesté son soutien au Pape Benoît XVI au sujet de sa réintroduction de la messe tridentine dans la liturgie catholique.

22 juillet 2017




Les décisions macroniennes en économie

Le macronisme semble se concentrer sur deux axes :

  1. l'axe d'alourdissement de la fiscalité ;
  2. l'axe d'allègement des dépenses de l'Etat.
Le premier axe consiste essentiellement à faire croire à une baisse d'impôts et à faire porter le poids de la hausse réelle sur les 24% d'électeurs qui ont voté pour lui. La remarque est du chroniqueur Jean-Pierre Robin. Le deuxième axe consiste à rogner de manière inflexible et comptable sur tout ce qui dépasse dans les budgets de l'Etat, y compris dans ce qui ne peut pas être réduit. Ce fut la cause de la démission du général de Villiers.

Pour le reste, nous ne voyons pas grand chose. Macron se rend enfin compte que la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des taxés conduit à la faire payer par 20% des contribuables, ce qui est la définition d'un mauvais impôt. La suppression des cotisations chômages ne porte que sur la part salariale, la part patronale restant due ! Tout est d'une parfaite stupidité, donnant seulement lieu à des représentations d'une farce par un acteur de seconde ordre.

Certains estiment que Macron manque de communication. C'est ce que Hollande dit maintenant regretter de lui-même. Or, Macron ne fait aucune communication parce qu'elle est inutile. Il a seulement besoin de critiques de théâtre. Ne nous privons pas.

22 juillet 2017




L'affaire syrienne

On ne voit pas bien ce que recherchent les différentes parties au conflit. Il semble qu'elles ne parviennent pas à arrêter le chaos qui leur a échappé.

Selon des informations non démenties, les américains auraient installés dix bases clandestines sans autorisation de l'Etat syrien. Selon d'autres informations, la Chine serait extrêmement présente sur le marché de la reconstruction en Syrie. Selon d'autres informations, la Russie et les Etats-Unis se seraient entendus pour "sanctuariser" certaines zones de la Syrie. Parmi celles-ci se trouverait le quartier de la Goutha qui abriterait encore des forces islamistes soutenues depuis 2011 par la CIA. La Syrie reconquière peu à peu son territoire. L'armée régulière syrienne reprendrait le contrôle des sources d'eau potable ainsi que des champs de pétrole.

On n'a pas d'informations ni sur les Kurdes du nord de la Syrie ni sur l'implication de la Turquie sur le sol syrien.

Il semble que les diverses factions rebelles cherchent à s'évanouir dans le décor. Certains craignent le retour en France et en Europe d'éléments ayant servi l'Etat islamique. Il est vrai que les Etats européens semblent très démunis au point de vue juridique face à ce problème comme face à de nombreux autres. On apprend dans le même temps que l'Europe vient de publier une nouvelle loi concernant ... la cuisson des frites. On ne peut pas tout faire ...

22 juillet 2017




Affaire syrienne

L'armée turque serait entrée à nouveau en Syrie dans la région de Kobané pour réduire la montée des Kurdes syriens et donner un avantage à l'Armée Syrienne Libre qui combat la Syrie de El Assad. Depuis quelques jours, la Turquie bombardait par artillerie les localités kurdes de la région de Kobané. Ankara compte ainsi réduire le risque de la création d'un Etat kurde au nord de la Syrie, à sa frontière sud.

La Syrie a porté plainte auprès de l'ONU pour des crimes de guerre commis par la coalition US qui bombarde impunément son territoire, massacrant des dizaines de civils lors de bombardements.

Bien que cela concerne un contentieux plus large, la Russie, fatiguée par la salve continue de sanctions économiques, prises contre elle par les Etats-Unis, a décidé le renvoi de plus de 700 membres des services des ambassades américaines en Russie. Cela conduit au ré embarquement vers Washington de plusieurs milliers de citoyens américains.

31 juillet 2017




Les troubles économiques ordinaires du macronisme

Hier, la Gare Montparnasse était totalement arrêtée à cause d'incidents électriques concernant la signalisation ferroviaire. La cause de ces incidents est toujours inconnue.

Le Ministre de l'Economie, Le Maire a décidé la nationalisation de fait des Chantiers de Saint-Nazaire pour tenter de conduire le seul repreneur connu, l'italien Ficantieri, à accepter de garantir l'activité à Saint-Nazaire. La nationalisation serait temporaire, et de plus, Le Maire propose aux italiens d'élargir l'activité du chantier naval aux navires de guerre. Difficile d'être plus faible en négociation.

31 juillet 2017




Deuxième agression d'une députée sur un marché

Après l'agression de Mme Koszuscko-Morizet, une autre députée, du mouvement macroniste cette fois, a été attaquée lors d'une discussion politique sur un marché en Ile-de-France. L'homme, un cinquantenaire comme l'agresseur de Mme Koszuscko-Morizet, paraissait convaincu contre les menées du macronisme, mais pas du tout excité ou énervé. Avec un grand naturel, il a allongé un coup de poing à la tête de la jeune femme.

La chose est absolument consternante. Elle dénote d'une tendance inquiétante dans l'esprit public. Tout à fait dans le sens d'un climat d'émeutes et plus du tout de celui du débat.

31 juillet 2017




Trump menace à tout va

Donald Trump a un exemple en politique. John Wayne. Mais hélas, il lui manque la classe. Et le fait que, heureusement, John Wayne n'a jamais dirigé les USA. Mais, John Wayne était un monsieur intelligent. Donald Trump est un homme sans culture dont la brutalité l'a fait cheminer entre la maison de correction de son enfance et le bagne dans lequel il aurait du entrer il y a longtemps.

N'évoquons pas la politique intérieure de Trump. En politique extérieure, Trump menace des pires représailles la Russie, la Chine, la Corée du Nord et tout dernièrement le Venezuela. Pour un candidat qui annonçait vouloir retirer les Etats-Unis des conflits qui ne les regardaient pas, Trump fait un président américain des plus dominateurs et impérialistes qui aient été. Le problème coréen est basé sur les essais balistiques et atomiques qui excitent la verve du complexe militaro-industriel américain qui voit avec délice s'approcher une guerre très coûteuse en commandes de matériels hors de prix. Le problème vénézuelien est basé sur le jugement que le chavisme tel que veut le pratiquer Maduro avec une nouvelle constitution serait contraire à la "démocratie" - entendez aux intérêts des banquiers new-yorkais.

Les agitations de Trump ne relèvent d'aucune vision géostratégique, mais seulement des réactions d'un pauvre homme ébouillanté dans l'acide des lobbies particulièrement actifs du fait du vide politique intersidéral qui caractérise l'Occident ces derniers temps.

12 août 2017




La médiocre performance d'opinion de Macron

Selon un sondage commandé par le Figaro, Seulement 36% des Français se disent satisfaits de son action. Or à peine un français sur deux est allé voté. A peine plus de un électeur sur deux a été un votant et parmi ceux-ci seul deux sur trois a voté pour Macron. Cela fait un sondage à 33% pas à 36% ! Le sondage montre que Macron améliore son score de "satisfaits" depuis l'élection !

Mais, il y a un enseignement supplémentaire. Il faut comprendre que, parmi ces 36% de satisfaits, la plupart sont des contributeurs fiscaux des futures réformes de Macron. Il doit penser comme le Santanza des Sept Mercenaires que "si le Seigneur leur a mis de la laine sur le dos, c'est bien pour les faire tondre !".

12 août 2017




Mondiaux d'athlétisme

Ils se sont terminés hier à Londres. Les événements à retenir sont :

  • la blessure finale de Usain Bolt, le grand sprinteur jamaïcain, qui termine sa carrière sur un échec géant ;
  • en équipe de France, les médailles d'or de Bosse au 800m, de Meyer au décathlon et de Diniz au 50 km marche.
On regrettera l'échec de Christophe Lemaitre au 200 mètres.

14 août 2017




La situation sur le front de l'offensive migratoire en Europe

Plusieurs nouvelles importantes sont à noter ces derniers temps.

  1. La voie libyenne se ferme.
    Deux nouvelles semblent indiquer cela. Tout d'abord, les gouvernements européistes de France et d'Italie, à contre-courant de la position progressiste imposée par l'européisme dominant, semblent prendre la mesure de leur incurie et semblent tenter d'y remédier. Plusieurs condamnations judiciaires ou des menaces importantes de procès portent sur un passeur connu en France dans la vallée de La Roya, près de Vintimille, un prêtre catholique erythréen en Italie, et contre des ONG dont plusieurs, comme "Jugend Rettet", "Save the children", "Sea Eye" et "MSF Italie", annoncent que, suite à cette menace qu'elles dénoncent, elles renoncent à porter secours aux embarcations des migrants au plus près des côtes libyennes.
    Dans le même temps, l'administration du général Haffta, l'actuel maître de la chaotique Libye, a interdit l'accès à ses eux territoriales aux navires des riches ONGs d'"aide aux migrants". On note que ce général vient de rendre une visite à Macron dont il semble être ressorti assuré de promesses. Lesquelles ? Il serait ressorti d'une visite semblable qui l'a cinduit à Rome avec un accord de coopération pour renforcer ses garde-côtes.
  2. La voie espagnole s'ouvre
    La presse s'est fait l'écho il y a peu de l'échouage de radeaux bondés de migrants venant de la côte marocaine atterissant sur des plages à touristes autour d'Algésiras. On remarque que le détroit fait une trentaine de kilomètres, que les radeaux ressemblent énormément à des embarcations en service dans les troupes spéciales de plusieurs états occidentaux, que les occupants de ces radeaux semblent se répandre ensuite sans difficultés sur le littoral.

14 août 2017




L'affaire syrienne

Les actions menées par les djihadistes et leurs alliés objectifs occidentaux sont de moins en moins commentées par la presse occidentale. La presse gouvernementale russe se fait l'écho de progrès accélérés de reconquête par les troupes syriennes. Le contentieux entre la Russie et les Etats-Unis ne semble progresser ni dans un sens, ni dans l'autre. D'ailleurs les progressistes occidentaux semblent enrager devant leur défaite de plus en plus apparente. On notera le dépit d'une certaine dame Dal Ponte, cacique du système judiciaire onusien, qu'elle exprime à longueur de presse de manière vindicative à l'encontre du président syrien.

14 août 2017




L'affaire nord-coréenne, le Venezuela et Trump

La Corée du Nord se signale par plusieurs essais nucléaires réussis et surtout plusieurs essais de missiles intercontinentaux qui font "craindre" les autorités américaines que la Corée du Nord puisse frapper le territoire américain. Or, la défense anti-missiles est actuellement dans un état qui ne permet pas de garantir une protection à 100%. On a donc poussé le président Trump à jouer un rôle de provocateur pour lequel il semble avoir été conçu. Devant les menaces insensées proférées par Trump, la Corée du Nord a répliqué en préparant les détails d'une attaque nucléaire par missiles sur l'île de Guam qui porte deux bases aéronavales américaines.

Il semble donc que la stratégie suivie par les groupes de pression américains soit de placer la Corée du Nord dans une situation qui "oblige" les ETats-Unis à lancer une destruction massive de ce pays.

Contre ce scénario catastrophique, plusieurs voisins de la Corée du Nord tentent de désamorcer la crise. Il s'agit de la Chine, de la Russie, de la Corée du Sud et du Japon. Leur marge de manoeuvre est simplement diplomatique. Mais, les tensions existantes entre la Russie et les Etats-Unis, entre la Chine et les Etats-Unis, peuvent pousser le conflit au-delà d'une simple confrontation entre les Etats-Unis et la Corée du Nord.

Par ailleurs, la Corée du Nord n'a pas avantage à trop attendre pour lancer une agression de même que les Etats-Unis n'ont pas intérêt à laisser s'installer un climat de frayeur chez eux. Les deux parties pourraient donc avoir avantage à lancer un conflit.

Le Venezuela a priori sans lien avec ce qui précède, sous l'instigation du leader Maduro qui a succédé à Chavezn décédé, s'est lancé dans une confiscation de la démocratie formelle qui était jusqu'alors le siège d'un socialisme proche de celui qui règne en France. Poussé par les lobbies progressistes, Trump a cru bon de menacer le régime vénézuelien, d'une intervention militaire pour rétablir l'ordre démocratique.

On reste confondu devant de telles rodomontades qui ont déjà été jouées par les consorts Bush il y a quelques années et qui ont conduit le Moyen-Orient et au-delà au chaos actuel.

14 août 2017



Quelques nouvelles du macronisme

  1. Un député macroniste massacre un cadre socialiste à coups de casque

    Dans des circonstances particulières, un député de "La république en marche" aurait massacré à coups de casque un cadre du PS qui s'est retrouvé à l'hôpital. Nous détestons commenter ce genre d'informations.

  2. La réforme du Code du Travail par ordonnances du gouvernement

    Le Code du Travail est en France devenu un monstre innefficace et bloquant. Nul ne conteste la nécessité de faire quelque chose. La réforme macroniste reprend la méthode de la loi Macron de 2015 : un empilement de mesures stupides dont chacune est défendue par le gouvernement comme la meilleure du monde. Et dès qu'un critique parvient à obliger un membre macroniste de répondre sur la critique de la mesure, le macroniste évoque une autre mesure supposer répondre à la critique. C'est d'une stupidité absolue décorée en méthode efficace.

    Les mesures phares sont d'une débilité rare. Citons par exemple la décisions de réduire de trois à une les grandes commissions d'entreprise comme le CHST. La nouvelle commission "unique" est tout simplement divisée en trois "sous-commissions" qui reprennent les attributions des commissions "supprimées". Evoquons encore un "référendum" d'entreprise pour modifier les conditions du contrat de travail dans l'entreprise par delà les accords de branche. Les critiques dénoncent le verbiage démocratique du "référendum" organisée au bénéfice d'un patron pour des subordonnés complètement privés de liberté par le contrat de travail.

4 septembre 2017




L'affaire nord-coréenne

Elle poursuit son lent pourrissement. La Corée du Nord aurait réussi un essai d'une bombe de type thermonucléaire qui permet d'envisager une capacité d'embarquer l'arme à bord d'un missile balistique déjà testé. La menace nucléaire vient donc de faire un grand pas en avant. Fidèle à son personnage, Trump prétend qu'il est disposé à une guerre nucléaire, ce qui d'un côté est horrifiant, mais de l'autre est d'une grande banalité puisque ce point de vue est partagé par les 8 précédents présidents des USA ....

On notera que les USA n'avaient pas fait tant de "manières" avec l'Irak de Saddam Hussein, suspecté de développer des armes de destruction massive qui n'existaient pas. Ce qui est donc le plus inquiétant dans l'affaire nord-coréenne, c'est la politique suivie actuellement par les USA ... de ne pas intervenir. Il faut remarquer que à côté de la Corée du Nord, la Chine et la Russie ont des frontiètes communes avec ce petit pays ... On note aussi que l'action de Kim, le président nord-coréen, est dans le sens de la montée d'une géostratégie multiblocs s'opposant frontalement à la géostratégie impériale des USA et que ses rodomontades sont loin de gêner la géostratégie du président Xi.

La position exprimée par Macron le 3 septembre sur l'affaire nord-coréenne est celle d'un vassal des USA, ce que l'on savait. Mais, il a exprimé sa soumission au président Trump avec une bêtise confondante. D'ailleurs, il aurait été mieux venu que le ministre des affaires étrangères exprime la position officielle. Le président de la République française aurait pu alors rester au-dessus de la conjoncture. Ici, il s'y est une fois de plus noyé.

4 septembre 2017




L'effet Macron sur le CAC40

Alors qu'il était haussier régulièrement depuis le début du quinquennat du catastrophique Hollande, le CAC40 est baissier régulièrement depuis le jour de l'élection de Macron. 5400 points en 7 Mai, 5100 points le 4 Septembre, décroissance linéaire de 60 Points par mois, (source Yahoo Finance). A ce rythme, le CAC40 sera à 1800 points le 4 mai 2022 ...

4 septembre 2017



L'affaire syrienne

La presse occidentale reconnaît que les forces syriennes républicaines sont en passe de reconquérir la ville et la province de Deir-es-Zor. Assistées des forces russes qui ont bombardées les positions islamistes avec l'aviation et des missiles de croisière Kalibr, tirés depuis une frégate russe, Admiral Essen, positionnée en Méditerranée, elles sont parvenues à l'aéroport de Deir-es-Zor. La ville serait encore à près des deux tiers aux mains des islamistes. L'armée syrienne républicaine tient un tiers de la ville et aurait coupé la plus grande partie des voies d'approvisionnement des bandes islamistes. Environ cent mille civils sont pris au piège islamiste depuis deux ans et sont ravitaillés par voie aérienne par la République syrienne, la Russie et des missions humanitaires de l'ONU.

Dans le même temps, les forces syriennes rebelles, manipulées par les Etats-Unis, auraient investie la ville de Raqqa depuis plusieurs semaines. On ne dispose pas d'information sur l'avancée de ces troupes dominées par les partisans kurdes. On sait seulement que les Etats-Unis leur apportent un soutien aérien massif et que de nombreuses victimes civiles sont à déplorer lors de frappes aveugles.

On ignore si l'armée turque est encore présente sur le sol syrien. C'est pourtant très vraisemblable et la présence de nombreuses forces armées aux intérêts divergents est de très mauvais augure pour la période qui s'ouvre.

5 septembre 2017




La géostratégie américaine au Proche-Orient a été contrecarrée par la Russie

Deux articles parus dans Le Figaro et dans Le Monde donnent le sentiment que de plus en plus de gens se rendent compte que les menées américaines au Proche-Orient ont été définitivement mises en cause par l'action russe. Le Figaro publie un article de Caroline Galactéros (Syrie : après la guerre, comment gagner la paix ?) et le Monde publie des extraits d'un article du colonel Goya, qu'il a publié la veille sur son blog Tempête rouge-Enseignements opérationnels de deux ans d’engagement russe en Syrie .

Galactéros met en cause les effets de la géostratégie américaine et elle en désigne le premier acteur :

"La Syrie a donc résisté, au prix d'innombrables souffrances, à sa destruction programmée. Elle a su trouver des alliés de conviction ..."
Goya insiste sur les originalités efficaces des militaires russes :
"Deux ans après l’intervention russe en Syrie, qu’on le déplore ou non (ce n’est pas le propos ici), il convient de constater que celle-ci est un succès".
et Goya en déduit des enseignements opérationnels de militaire.

On peut dire d'ores et déjà que, même si les USA maintiennent leur emprise sur l'Irak, un axe chiite Téhéran - Bagdad, Damas est constitué par près de six ans de luttes terribles. Il ne faut pas se leurrer sur le futur. Il existe de nombreuses divisions, à cause des sunnites de diverses allégeances, des kurdes, ... et aussi les menées des monarchies du Golfe et de Bruxelles, les rôles délétères de la Turquie et d'Israel, la politique multiblocs de Poutine ainsi que l'expansionisme chinois.

Le fait que ces articles soient diffusés est en soi un changement majeur de la pression médiatique en Occident. Se réveillera t'il de ses hallucinations artificielles ?

14 septembre 2017




Nouvelles du macronisme

Parti aux Antilles pour faire du tourisme climatique, Macron a méprisé la colère d'une fraction de l'opinion contre sa réforme du droit du travail. Il considère ces opposants comme des fainéants et le leur a dit. La mobilisation a cependant été médiocre. Les travailleurs sont fatigués par quarante ans de socialisme qui, peu à peu, à fait éclater la protection sociale. Probablement exhorbitante à cause des idéologies syndicales - un cas historique de schizophrénie sociale - cette protection sociale culmina dans un un contrat de travail à durée indéterminée dont la fin unilatérale était bloquée par les procédures de licenciement. Caractéristique d'une société à PIB croissant, le CDI devient insoutenable dans un pays qui, en pratique, est en récession et de plus pourri par une dette insoutenable.

Macron en plus d'amuser la galerie avec des "inventions" contre nature - comme le référendum d'entreprise, qui "reprend" la foutaise de la démocratie en entreprise de Jean Auroux - la protection sociale a volé en éclats. Macron fait revenir l'immense majorité des employés à des statuts de travailleurs aux pièces du début du XIX° siècle. Pire encore, la réforme Macron organise la rareté de l'offre de travail et l'expansion de la demande de travail de sorte que précarité et bas salaires deviennent le lot quotidien de millions de travailleurs appauvris.

Conscient qu'il doit "endormir" l'opinion, Macron se lance en même temps dans des "cadeaux fiscaux" dont on sait qu'ils coûtent chers à ceux qui les reçoivent. Mais la "manoeuvre" permet de dresser les assujettis à l'impôt contre ceux qui ne le sont pas. En fait, qui croient ne pas l'être. C'est le cas des exonérés de la taxe d'habitation dont la perte fiscale sera probablement compensée par une redirection de la CSG accrue qu'ils vont payer vers les communes "spoliées" de leur racket fiscal ancien.

14 septembre 2017



Le Brexit ne produit pas de chômage en Grande-Bretagne

Parmi les catastrophes produites par le Brexit et "annoncées" par les media européistes lors de la campagne référendaire au Royaume-Uni,on avait "menacés" les électeurs britanniques de perdre leurs emplois.

Plus d'un an après le référendum, après le vote de la loi ordonnant pratiquement l'organisation du Brexit et la tenue des premières réunions avec le négociateur Barnier de Bruxelles, la Grande-Bretagne a atteint son plus faible taux de sans emplois depuis 1975, taux qui est passé de 4,4% en Juillet à 4,3% en aout.

Les européistes clament que, dans le même temps, les salaires hebdomadaires diminuent. C'est vrai, mais extrêmement peu puisque, inflation comprise, la baisse des salaires hebdomadaires a été estimée à 0,4%. La situation est donc négative, mais pas encore préoccupante.

Contrairement à la France où les taux de chômage et de baisse du pouvoir d'achat sont extrêmement forts. Mais, nous appartenons à la Zone Euro et si l'Allemagne maintient un taux de sans emplois bien plus faible que celui de la France, elle a développé encore plus que la France le travail précaire et les salaires extrêmement bas.

Solution que Macron semble vouloir adopter.

17 Septembre 2017





Retour à la page d'accueil